Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog d'un végéta*ien gauchiste qui fait du taijiquan d'origine judéo-bretonne entre l'Occitanie, le cercle polaire, et la forêt amazonienne. Au départ un blog de cuisine, au final un peu plus ...

12 Aug

Ou ? Quoi ? Pourquoi ?

Publié par Falafel et Piirakka  - Catégories :  #3615 Mylife

Ou ? Quoi ? Pourquoi ?

Avant de partir, un certain nombre de précisions concernant mon départ.

 

Ou ?

 

À Maripasoula, en Guyane francaise. Il s'agit de la plus grande commune de France en superficie, avec une très faible densité, à la frontière avec le Suriname (pays dont je n'ai jamais compris s'il s'écrivait "Surinam" ou "Suriname" et dont j'ai appris récemment qu'il comptait une forte population hindouiste). C'est une petite ville, presque un village, très isolée, accessible uniquement en avion ou en pirogue par le Maroni, mais avec tout de même le certain nombre d'infrastructures  (bibliothèque, collège, poste, gendarmerie, aéroport, etc.). Autour de Maripasoula proprement dit on trouve ce qu'on appelle des "écarts", c'est à dire des villages amérindiens plus isolés. Le sud de la commune est interdit d'accès sans une autorisation préfectorale afin de protéger les communauté amérindiennes, mises à mal par l'alcoolisme et l'orpaillage illégal. J'ai déjà vécu à l'étranger (une année en Finlande), mais ca sera mon premier séjour dans cette région du monde, ou même sur le continent américain.

 

Quoi ?

 

Enseigner l'histoire - géographie en tant que professeur contractuel au collège Grand Man Difou, nommé ainsi en hommage à un chef coutumier. Il compte quelques centaines d'élèves ainsi qu'un internat. J'ai certaines difficultés à me faire une idée de comment ca se déroulera là bas : J'ai déjà enseigné, mais c'était pour des élèves en CAP (donc plus agés, certains en reprise d'études) et dans des classes plus petites. De ce que j'ai entendu, les élèves en Guyane peuvent être agités, mais sont généralement plutôt respectueux du professeur. La question de la maîtrise de la langue (beaucoup de mes futurs élèves seront sans doute plus familier avec le créole, le wayana, le sranan tongo, ou l'aluku qu'avec le francais) ainsi que celle des rapports coloniaux sur place risquent de se poser, et sont pour moins des grandes inconnues. De même que celles, plus classiques, de l'ambiance au sein de l'équipe pédagogique, des rapports avec les parents d'élèves, etc. En même temps, ce sont des challenges qui me semblent intéressants à relever, et qui pourront par la suite m'aider y compris si je choisis de ne pas continuer dans cette voie professionnelle.

 

Pourquoi ?

 

Après mon année en Finlande et depuis mon retour, je cherchais à repartir. La vie en France ne me déplait pas (quoique la lepénisation des esprits et la crise économique et sociale ne m'aient pas motivées à rester) et je m'y sens chez moi (j'ai grandi ici, une partie de amis, ma famille, mon club de taijiquan, etc. sont ici, et vont sans aucun doute me manquer) mais vivre ailleurs m'a fait réaliser ce qu'il y avait de positif dans le dépaysement. C'est une expérience qui remet en cause nos habitudes, modes de vie, etc. et pousse ainsi à vivre non plus comme on l'a toujours fait, mais comme on le choisit. Cela amène aussi à de nouvelles rencontres et un élargissement de notre rapport au monde. Comme mes diplômes me prédisposent à l'enseignement et que j'en ai une première expérience (d'ailleurs peu concluante, j'aurais préféré trouver  un emploi dans un autre domaine mais le destin en a décidé autrement), j'ai cherché dans ce secteur un peu partout à l'étranger et en Outre-Mer, avec une préférence pour l'Asie ou l'Europe orientale. L'opportunité s'est offerte en Guyane, je l'ai saisie.

Commenter cet article

Anej 06/09/2016 12:41

Ahh j'aime beaucoup cet article, j'aime beaucoup ta façon d'écrire et je me sens proche de tes préoccupations, décidément :)
Après quelques mois d'études en Suède il y a 4 ans, je reviens d'un an en Nouvelle-Zélande (où j'ai bossé dans un café, rien à voir avec le métier auquel je me destine). Je sais qu'il y a de très bonnes opportunités pour travailler à l'étranger, même dans mon domaine, des postes très intéressants, bien payés en plus, alors régulièrement je me tâte. Evidemment ces offres ne sont pas dans des pays occidentaux, c'est l'Inde (pour une fille c'est chaud quand même l'Inde je crois), l'équateur, etc. Enfin, je me déciderai peut-être un jour :) Le frein principal étant mon copain, qui est parti avec moi en NZ mais n'est pas encore prêt à partir "plus loin" (="plus différent"). Et puis, suivre sa copine dans un pays inconnu, alors qu'elle aura un bon boulot à responsabilités et toi rien, c'est un coup à passer une mauvaise année, aussi...
Bref merci pour cet article!

Falafel et Piirakka 07/09/2016 03:10

Merci beaucoup pour ton message, c'est cool de savoir que ca touche des gens. :-)

C'est la difficulté de voyager, on doit composer avec les proches, les amis, le confort, etc. Je ne sais pas si j'aurais bougé si j'avais été en couple, ou si j'avais eu un emploi mieux. En tout cas la Guyane, pour être à la fois loin (en terme de géographie et de mode de vie) et proche (c'est la France, donc on garde la langue, l'administration, etc.) c'est pas mal, en plus si ton copain à un diplôme, genre une licence de n'importe quoi, je pense pas qu'il aurait de mal à trouver un boulot á responsabilités aussi. A Maripasoula (et je pense c'est pareil dans le reste de la Guyane, mais particulièrement au Sud) il y a un gros manque de gens diplômés (je crois que dans mon collège il manque encore neuf profs, alors que la rentrée a été faite il y a une semaine). Dans ce contexte trouver un boulot n'est pas la chose la plus dure.
Enfin, je parle de la Guyane parce que j'y suis, mais j'imagine que ca doit être pas mal dans beaucoup d'endroits. :-)

À propos

Blog d'un végéta*ien gauchiste qui fait du taijiquan d'origine judéo-bretonne entre l'Occitanie, le cercle polaire, et la forêt amazonienne. Au départ un blog de cuisine, au final un peu plus ...