Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog d'un végéta*ien gauchiste qui fait du taijiquan d'origine judéo-bretonne entre l'Occitanie, le cercle polaire, et la forêt amazonienne. Au départ un blog de cuisine, au final un peu plus ...

10 Sep

"En face"

Publié par Falafel et Piirakka  - Catégories :  #3615 Mylife, #Guyane

Trace écrite des mes 4e : "Avant, les transports par bateau étaient lents et dangereux, et donc peu utilisés. Aujourd'hui c'est plus facile et de nombreux échanges existent entre Amérique, Asie, Europe, etc."

Trace écrite des mes 4e : "Avant, les transports par bateau étaient lents et dangereux, et donc peu utilisés. Aujourd'hui c'est plus facile et de nombreux échanges existent entre Amérique, Asie, Europe, etc."

J'ai donc effectué ma rentrée et me convaincre de ce que je suppposais : Les programmes scolaires ne sont pas adaptés, beaucoup trop durs, et très difficiles à mettre en place auprès d'élèves connaissant mal la langue francaise (c'est souvent l'aluku, le portugais, ou le wayana qui est parlé à la maison) et ayant de grosses lacunes à l'écrit (beaucoup font des fautes à leur nom). Et je ne parle même pas de lacunes disciplinaires, la majorité ne sachant pas placer la France ou l'Europe sur une carte du monde.

Cela force à adapter les documents proposés dans les manuels, à reformuler et réduire les textes, à faire en permanence du soutien individualisé auprès des élèves les plus en difficulté pour leur expliquer ce qui est écrit, à chercher d'autres moyens de les faire travailler (je ne m'y connais pas assez, mais je vais sans doute essayer de faire plus de jeux, de dessins, etc.). Le cours dont j'ai mis la photo a ainsi intégré le transport des marchandises entre Cayenne et Maripasoula par pirogue (j'ai décidé que même si le chapitre parlait de "maritimisation" et pas de "riviérisation" ce cas était plus parlant pour faire comprendre l'importance du bateau).

Cela dit, et contrairement à ce que je craignais, je n'ai pas eu de gros problèmes de discipline pour l'instant : Ils sont plutôt agités, mais ne cherchent pas à entrer en conflit avec le professeur ou à remettre son rôle en question, au contraire.

 

Pour changer de sujet, j'ai continué mon installation et je suis allé faire des courses "En face" ce matin. En face, c'est une ville jumelle de Maripasoula côté surinamien, qui n'a pas d'existence officielle et qui est composée exclusivement de baraques d'orpailleurs, et surtout de commerces tenus par des Chinois. On accède à ces derniers par des pirogues qui font le trajet gratuitement depuis Maripasoula, et franchir cette frontière est donc encore plus simple que de traverser le périphérique parisien. En face tout est moins cher et on trouve plus de choses (j'ai enfin des couverts et une chaise pas encore cassée dans mon chez moi !), mais les normes de santé, de sécurité, et de qualité s'appliquent encore moins que de ce côté. Cela fait un peu penser à une ville champignon dans Lucky Luke, le côté sud-américain et les commercants chinois en plus, les cow-boys en moins.

Enfin, j'ai eu mon premier contact avec la nature hostile : Une invasion de fourmis, nous avons du avec mes voisins remonter jusqu'à la fourmilière pour essayer de la bruler, on verra si cela a calmé les bestioles ...

Vue de Maripasoula depuis En face

Vue de Maripasoula depuis En face

En face, les débarcadères et l'entrée chez les Chinois

En face, les débarcadères et l'entrée chez les Chinois

Le départ d'en face, mission courses accomplie

Le départ d'en face, mission courses accomplie

Commenter cet article

À propos

Blog d'un végéta*ien gauchiste qui fait du taijiquan d'origine judéo-bretonne entre l'Occitanie, le cercle polaire, et la forêt amazonienne. Au départ un blog de cuisine, au final un peu plus ...