Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog d'un végéta*ien gauchiste qui fait du taijiquan d'origine judéo-bretonne entre l'Occitanie, le cercle polaire, et la forêt amazonienne. Au départ un blog de cuisine, au final un peu plus ...

30 Sep

Fête de la gastronomie

Publié par Falafel et Piirakka  - Catégories :  #3615 Mylife, #Guyane

Les CAP et les choux à la crême

Les CAP et les choux à la crême

There is an english version below. :-)

 

Les 23, 24, et 25 septembre un grand événement avait lieu ici : le festival de la gastronomie. Parce que oui, ça bouge à Maripasoula, plein de trucs se passent, ça n'arrête pas.

Sur trois jours, nous avons donc eu droit à un atelier cuisine organisé au collège (il y a une cuisine pour les CAP restauration, et il y a même quatre feux fonctionnels, le luxe), durant lequel grâce à la bonne humeur des organisatrices nous avons pu préparer des bokits (des petits pains frits), des verrines apéro, des amours cachés (tourtelettes à la confiture), du pain natté au beurre, de la crème de coco (une boisson à base de lait de coco, de farine de riz, de lait concentré, et d'arômes et d'épices variés), des choux à la crème, des petites quiches, des gâteaux au yaourt, et je crois que c'est tout. Rien de révolutionnaire, mais des trucs simples et bons, que certains ont ensuite eu la joie de manger à un apéro organisé le soir (j'ai séché cette partie là).

Le lendemain, concours de cuisine à la place des fêtes, les participants avaient trois heures pour préparer un poulet korma. Pendant ce temps, divers stands vendaient de la bouffe, il y avait du riz, du poisson, du poulet, des floups (c'est des glaces), et aussi du riz, et du poisson aussi, et encore du riz, avec du poisson. Ici c'est pas super varié les spécialités (bon, je suis mauvaise langue, j'ai trouvé une soupe de pommes de terre aussi). Niveau boisson par contre, de très bons jus de fruits faits maison, jus de cerises, de cannes, de prunes de cythere, de gingembre, etc. Nouveauté : ma voisine pâtissière qui vendait des gaufres, du caramel au beurre salé, des sablés bretons (même ici, les Bretons nous envahissent), des smoothies, des cookies, et des délicieuses verrines pâtissières. Si vous passez à Maripasoula et que vous voulez un gâteau sur mesure pour une fête, hésitez pas à la contacter.

Le lendemain, rebelotte pour les stands, mais accompagné cette fois d'une démonstration de couac organisée par Oli taanga, une association de producteurs locaux qui, si j'ai bien compris, fait de la formation agricole et tente de construire des circuits commerciaux un peu plus pérennes que "Je vends mon couac et trois aubergines d'en face devant ma fenêtre". Ils vendaient pas mal de trucs (piment en poudre, huile de coco, galettes de manioc, bananes, ce genre). Quant au couac, c'est une spécialité guyanaise faite à partir de manioc. Comme le manioc local est naturellement toxique (le manioc comestible est appelé cramanioc ici) il faut le faire tremper plusieurs jours, puis le râper, puis le torréfier, et on obtient une semoule très cale bide et très polyvalente d'utilisation (en taboulé, en soupe, à manger croustillant, sucré, salé etc.). Ici c'est la base de l'alimentation, c'est un marqueur culturel fort, et ça pousse toute l'année. Perso je préfère le riz (qui, à ce qu'il paraît, était l'aliment de base jusqu'à il y a quelques décennies, mais maintenant la concurrence du Suriname laisse plus trop de place, à moins de s'équiper un minimum, ce qui répugne visiblement aux locaux), mais deux raisons me font quand même acheter du couac : D'abord tout le monde en fait, on achète donc la production du voisin, et ça c'est sympa. Ensuite quand on a la flemme de préparer quelque chose, c'est le truc le plus simple au monde à cuisiner.

Voilà voilou. Sinon tout se passe bien, mais le jemenfoutisme (et parfois l'incompétence) qui règne ici, notamment pour les trucs administratifs, me fait un peu devenir dingue. Heureusement je ne passe pas ma vie à faire des papiers ...

Les stands

Les stands

Explication de la crême de coco

Explication de la crême de coco

So, last weekend there was a big event here : a gastronomy festival. Brace yourself, Maripasoula is alive ! Crazy, almost New York !

Friday I went to a cooking workshop. It took place in the kitchen for culinary students of the highschool, and there was four cooking fires working. No comment. Thanks to a dynamic staff, we baked butter bread, "hidden love" cakes (it's small pies stuffed with jam), bokits (deep fried breads), yogurt cakes, coco cream (a very yummy thick drink made with coco milk, rice flour, cinnamon, and concentrated milk), etc. Nothing exceptional, but it was tasty, and cooking time was warm. After that there was an aperitive where they ate that, but I wasn't really interested.

Saturday there a cooking competition at central square. Concurrent had three hours to cook korma chicken. And during this time there was tents where people was selling food. There wasn't a lot of stuff : rice, chicken, fish, rice, fish, and rice, and fish. No, I forgot, I found a "kind of" potato soup. The drinks was more interesting, because there was a lot of homemade juices made with plums, ginger, cherries, maracudjas, etc. And, last but not least, my neighbor who studied pastry and comes from Brittany (they are everywhere) was selling waffles, ice tea, smoothies, cookies, muffins, etc. It was very tasty.

Finally, Sunday the tents was still there, but there was a demonstration organized by an association about how to make couac. This association is called Oli taanga, I don't know what it means, and they are trying to organize formations and to build better commercial circuits for locals. At their table they was selling chili powder, coco oil, bananas, etc. And couac is a kind of couscous made with manioc, but as manioc here is toxic (it is not the same manioc than in Africa, which is called "cramanioc" here) it's necessary to let it macerate during days, to make a powder, and finally to torrefact it (I don't know if "torrefact" means something in English, well, we do the same with coffee). It's a lot of work. The result is very easy to use (in soup, taboule, as a dish, as a dessert, etc. it's up to you). I prefer rice, but couac is made locally, so I buy it times to times.

Soooo ... Except these news, nothing special, except that here a lot of things are not working normally because people who are supposed to do the job just doesn't care about it, and it makes me feel crazy. Specially when I have to do some administrative task. For example it seems logical here than without electricity, nobody can give informations at the city office. And they can't either tell you, when you are waiting in the waiting room (which room is open, but totally empty, the same for the whole building) than it's closed (and of course they can't either write somewhere "Sorry, it's closed today because of an electric problem"). So you can just wait hours like that, and when you find finally something, he starts to scream after you. And a lot of things work the same way. Crazy ... Well, I hope I am not going to have a lot of administrative work here. :-)

Démonstration de couac

Démonstration de couac

Notre héros s'essaie à la tache, ça bosse les bras

Notre héros s'essaie à la tache, ça bosse les bras

Commenter cet article

À propos

Blog d'un végéta*ien gauchiste qui fait du taijiquan d'origine judéo-bretonne entre l'Occitanie, le cercle polaire, et la forêt amazonienne. Au départ un blog de cuisine, au final un peu plus ...