Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog d'un végéta*ien gauchiste qui fait du taijiquan d'origine judéo-bretonne entre l'Occitanie, le cercle polaire, et la forêt amazonienne. Au départ un blog de cuisine, au final un peu plus ...

22 Mar

Cours de SEGPA et grève

Publié par Falafel et Piirakka  - Catégories :  #3615 Mylife

Le collège est bloqué

Le collège est bloqué

Comme on m'a mis des heures consacrées au réseau REP+, c'est à dire à faire du lien entre le collège et les équipes du primaire, il m'arrive de chercher des trucs à faire avec eux. Mais vu que je débarque et que j'aime pas trop les petits, je pense pas être le mieux placé. D'un autre côté ça me fait des heures payées ou je suis assez libre de faire ce qui m'intéresse. C'est sur ces heures que j'ai donc fait mon matériel sur l'histoire de la Guyane, et que j'ai fait plusieurs réunions pour préparer des projets qui n'avancent pas.

 

Comme c'est un bilan un peu léger, j'essaie de muscler tout ça, ça me donne mauvaise conscience d'avoir des heures payées à ne rien faire. Heureusement, un collègue est venu me tirer d'affaire. Arrivé en cours d'année, il est chargé de donner des cours aux SEGPA (sur le papier, il dépend donc du primaire et pas du secondaire), et est pas super à l'aise avec l'histoire. Je me suis donc proposé de faire quelques interventions dans ses classes.

 

Pour situer, les classes de SEGPA c'est des groupes à effectif réduits d'élèves accusant pas mal de retard. La liberté pédagogique est accrue, et elle l'est encore plus en sachant que ces gosses là n'ont pas eu de cours d'histoire-géographie, de français, ou d'arts plastiques jusqu'à l'arrivée du collègue il y a un mois. J'ai donc préparé une séquence d'une heure sur l'Egypte antique pour les sixièmes, et une de même durée sur la Guyane précolombienne pour les cinquièmes. Les voilà (en réalité j'avais vu large, je ne suis arrivé à la moitié d'aucune des deux) :

 

Cours de SEGPA  : Egypte antique

Cours de SEGPA : Guyane préco

 

Les cours se sont bien passé, sans doute en grande partie parce que les gamins ne me connaissaient pas. J'ai même le mince espoir qu'ils retiennent une idée ou deux.

 

Sinon toujours au collège, les enseignements suivent leur cours, j'ai eu la chance de faire de l'alphabétisation à partir du Manifeste du Parti Communiste, ce qui est une joie inattendue. Bon, à la fois tomber sur une élève qui ne sait pas lire quand on étudie l'industrialisation et les idéologies qui en découlent (programme de quatrième), ça force un peu à faire ça.

 

De plus, au rayon des nouvelles, le personnel d'entretien du collège et des internats a été fortement réduit par la Collectivité Territoriale de Guyane, et se retrouve à devoir faire le même boulot qu'avant avec quasiment deux fois moins de monde. En conséquence ils ont multipliés les arrêts de travail. Résultat les salles de classe ne sont plus nettoyées (certaines depuis plusieurs semaines), la lessive des internes n'est plus faite, les CPE ont du faire le service à la cantine de l'internat au pied levé, les crottes de chauve-souris s'accumulent, etc. En écrivant je réalise qu'il y a tant de raisons ici qui mériteraient qu'on se mobilise que celles-ci semblent dérisoires, d'autant plus qu'elles sont imbriquées avec un tas d'autres problèmes.

 

Après un premier débrayage du collège pendant une heure mardi matin, la direction du collège dit avoir demandé à ce que les salariés non renouvelés reviennent, et il semble qu'il ait été dit que oui oui, on y réfléchissait. Cela dit un tiens vaut mieux que deux tu l'auras, les choses peuvent durer très longtemps à ce rythme, et en plus on est nombreux à penser que même si la direction fait ce qu'elle peut les choses ne dépendent pas d'elle dans beaucoup de nos problèmes. A tout cela s'ajoute que certains collègues sont habitués à signaler des problèmes depuis des lustres sans voir la situation avancer d'un iota. Donc pas mal de profs, de personnels de vie scolaire, et de parents d'élèves ont décidé de continuer, à l'initiative des collègues de l'UNSA qui sont à la manoeuvre.

 

Le collège a donc été bloqué mercredi, j'y ai donc passé cinq heures au lieu de mes deux seules heures prévues de boulot (car je ne pense pas qu'un mouvement social ça soit rester chez soi). On s'est réuni avec une plate forme revendicative (qui incluait d'autres trucs : que les cours de cuisine pour les CAP se déroulent avec de la nourriture achetée par l'établissement et pas apportée par les élèves ou les profs ; que les climatisations qui fuient sur les prises électriques dans les salles de cours soient réparées ; que la vie scolaire dispose d'un téléphone pour appeler les parents d'élèves absents ; que des formations soient prévus pour le personnel d'entretien ; et plein d'autres points) et une rencontre a eu lieu avec le représentant de la CTG, qui a dit des choses, mais sans rien de concret pour l'instant. On a été plusieurs à faire valoir notre droit de retrait concernant l'hygiène, et donc je pense que ça va continuer.

 

MàJ jeudi 23 mars : Aujourd'hui, l'ensemble de la Guyane est paralysé par une série de mouvements sociaux, qui vont de la milice cagoulée des 500 frères qui demande plus de flics et la fermeture des frontières, aux salariés d'EdF en passant par les chauffeurs routiers, l'hôpital de Kourou, etc. Le lancement de la fusée a été reporté, les routes du littoral sont bloquées, et le rectorat a annoncé la fermeture jusqu'à nouvel ordre de tout les établissements scolaires. Au collège les parents d'élèves, les travailleurs de la vie scolaire, et les profs continuent leur mouvement. Des parents des villages notamment sont venus et sont écoeurés des conditions dans lesquelles vivent leurs enfants à l'internat, surtout après les problèmes de l'année dernière qui avaient été soi-disant résolus. On nous a promis qu'on aurait des réponses mardi concernant le renouvellement des postes supprimés. D'ici là, wait and see.

Citation d'une parent d'élève partie furieuse de la réunion : "A taki taki taki !"

Citation d'une parent d'élève partie furieuse de la réunion : "A taki taki taki !"

I'm supposed to do hours as REP+ referent, if I try to translate from French bureaucracy, it means I have to work some hours with primary school teachers. So I tried, but I'm new here, and I don't like small kids, so I'm probably not the best person for the job. Anyway, it's part of my job so I made some material for primary teachers who want to do something about local history, I had a lot of reunions about projects which will probably never be realised, and so on.

 

It's not enough, and I feel about guilty about these paid hours, but a new teacher helped me. He came one month ago and he teach to a SEGPA class, it's an acronym for a class with less kids, and more difficulties. But he is not very confident with history, so I offered myself to help him and come in his courses. I made so a lesson about ancien Egypt, and one about Guiana before Europeans. These curses went well, but it was mainly because they didn't knew me, so I was a bit intimidating.

 

And still about work, I made an alphabetisation lesson with a Karl Marx text, so I was happy. Well, when you made a lesson about industrialisation with a 14 years old kid who don't know how to read, no choice.

 

Except this, there is some problems on highschool, some jobs in our cleaning service has been deleted, so it's too much jobs for the others, so they protest and stop to work. Now, our classrooms hasn't been cleaned since two weeks (there is bat poos, and it's toxic), nobody is washing interns clothes or dishes, and so on. When I'm writing, I realize than there is so many good reasons to becoming crazy here than these ones seems very arbitrary, almost nothing. There is so many things to change here ...

 

So Tuesday we started to protest and made an one hour strike, highschool director met us and told than he understand, he is working on it. Wednesday we made another strike, the whole day, and came with a lot of revendications (fix the roofs when it's raining on classrooms, buy food for cooking curses, have a phone to call parents when their kids are missing, etc.), we met a representant of region and blablabla, so I think it will continue this way.

Rien à voir : ma collection de rhum arrangé qui patiente

Rien à voir : ma collection de rhum arrangé qui patiente

Commenter cet article

Sylvie 25/03/2017 08:35

Bonjour, je suis votre blog depuis le début, en tant que végétalienne : j'aime bien votre ton.
Puis, avec votre départ en Guyane, je m'y suis intéressée pour d'autres raisons : ancienne enseignante (tant en métropole qu'aux Antilles et dans différents pays bien éloignés) je me régale de vos découvertes et de étonnements qui me rappellent les miens...
En 2009, j'étais en Guadeloupe pendant le grand mouvement du LKP... Alors, Bon courage et essayez de ne rien lâcher ! Cordialement !

Falafel et Piirakka 25/03/2017 14:16

Merci beaucoup, ça fait plaisir de lire ce genre de commentaires. Même si je suis pas là depuis assez longtemps pour faire autre chose que suivre le mouvement, j'espère aussi qu'on lâchera pas, et surtout qu'on gagnera des avancées pour les élèves, et pour les gens qui vivent ici, quelle que soit leur origine ou leur nationalité. :-)

antoine 24/03/2017 10:49

J'aimerai bien faire une dégustation/évaluation qualitative de ta collection de rhum;+)) Pour le reste bon courage et attention aux chauves souris !!

À propos

Blog d'un végéta*ien gauchiste qui fait du taijiquan d'origine judéo-bretonne entre l'Occitanie, le cercle polaire, et la forêt amazonienne. Au départ un blog de cuisine, au final un peu plus ...