Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog d'un végéta*ien gauchiste qui fait du taijiquan d'origine judéo-bretonne entre l'Occitanie, le cercle polaire, et la forêt amazonienne. Au départ un blog de cuisine, au final un peu plus ...

19 May

Ouf, la reprise

Publié par Falafel et Piirakka  - Catégories :  #3615 Mylife

Je suis en réunion parents-profs, la tension est à son comble

Je suis en réunion parents-profs, la tension est à son comble

Le retour en cours a enfin eu lieu, à la grande joie des élèves et des professeurs (ou pas). Alors que je m'attendais à voir des élèves surexcités et perturbés par les cinq semaines sans cours, ça s'est au final mieux passé que ce que je craignais. Alors qu'au premier trimestre mon objectif était d'arriver à faire cours (objectif qui n'a pas toujours été couronné de succès), j'ai pu franchir un second palier : essayer de faire en sorte que tout le monde ait au moins ouvert son cahier d'histoire (qui pour certains est "le cahier de toutes les matières mélangées") à la fin du cours, et je ne suis pas loin d'y parvenir.

 

Malheureusement, tout n'est pas rose et je continue à exclure des élèves, ce qui est en soi un échec, mais alors qu'en décembre j'excluais quasiment à chaque cours, maintenant il m'arrive de ne pas avoir à le faire de la journée. J'ai également un peu perdu mon calme, pourtant légendaire, quand un élève de quatrième a passé tout un contrôle à parler, se lever, et se moquer de moi, et qu'en sortant de la salle après que je l'ai envoyé en permanence il m'a fait un doigt d'honneur. Je me suis un brin énervé, je suis sorti de la classe en plein contrôle pour le rattraper et j'étais pas loin de lui foutre un pain (je suis heureusement arrivé à me retenir, et le cancre va s'en tirer avec un rapport d'incident dans lequel je demande une semaine d'exclusion). Je devais avoir l'air vraiment vénèr parce que l'heure d'après dans ma classe on entendait les mouches voler. Heureusement, tout ne se passe pas comme ça.

 

Nous avons aussi eu la visite du recteur, qui a annoncé que nous aurions de meilleurs salaires et primes l'année prochaine, ce qui fait toujours plaisir mais ne résoudra absolument pas nos difficultés pédagogiques, le manque de matériel (flagrant surtout pour les filières pro), la petitesse du CDI, etc. alors que c'était quand même sur ces sujets que portait l'essentiel de nos demandes. En réalité il y a un certain nombre de collègues qui demande des améliorations en terme de conditions de vie : que le rectorat fournisse des logements de fonction aux normes, facilite le fret, etc. mais pour ma part je ne comprend pas pourquoi on serait privilégiés par rapport à la population locale et aux élèves (surtout quand on voit nos salaires), ou même par rapport aux infirmiers (qui taffent dans des conditions environ cinquante fois pire que les nôtres) : je me vois mal vivre dans un ghetto de profs du même type que le village des gendarmes, il me semble au contraire qu'on doit au maximum s'intégrer à la vie maripasoulienne, que c'est nécessaire pour bâtir un lien avec les élèves, les parents, etc. mais tout le monde ne partage pas cet avis.

 

J'ai également pu donner le meilleur de moi même dans de désopilantes et originales appréciations de bulletins "Je ne connais pas X", "Y. est une élève dynamique, parfois un peu trop", et les classiques "Continue tes efforts", "Bon travail, continue comme ça", "Il doit se mettre au travail s'il veut progresser", etc. Enfin, pour finir sur la paperasse, j'ai été évalué par le principal, ce qui m'a donné un "Très bien" dans toutes les catégories, ce qui montre bien que ces évaluations sont une grosse blague.

 

Sinon, ben j'écris cet article depuis une rencontre parents-prof, à laquelle je remplace le professeur principal d'une de mes sixièmes. La première heure un parent est venu, donc ça m'a laissé le temps de bloguer. La seconde a été plus agitée : j'ai vu deux troisièmes qui ont eu pitié de ma solitude et sont venu taper la causette, une élève venue sans ses parents (nouveau concept de rencontre parent-prof visiblement) mais avec son petit frère en CP avec qui j'ai fait du calcul, deux parents à qui j'ai lancé des fleurs car leurs gamins sont excellents, et une qui est venue alors qu'elle parle pas français pour m'entendre descendre en flamme sa gamine par l'intermédiaire d'une autre parent (à qui j'avais tressé des couronnes de laurier juste avant) qui traduisais. Respect et admiration pour elle, parce que à sa place je sais pas si j'aurais eu le courage de venir. Surtout que de son côté elle était dépitée aussi en mode "Je sais, j'ai eu plusieurs enfants, il n'y a qu'avec elle que j'y arrive pas".

L'oeuvre d'une collègue avec des sixièmes : une maquette de Maripasoula avec les maisons, la forêt, des LED à interrupteurs, etc. Parce que il y en a quand même qui bossent.

L'oeuvre d'une collègue avec des sixièmes : une maquette de Maripasoula avec les maisons, la forêt, des LED à interrupteurs, etc. Parce que il y en a quand même qui bossent.

So, we are back to classes. I was afraid to see my kids becoming crazy after a strike and the holidays, so after five weeks without classes, but in fact it was fine. The first part of the year my goal was to do my curses, and now it's to try to make all the kids open their books, and I'm not far to succeed. Next step : MIT.

 

Unfortunately, there is always problems, so I have to put some students out of the classes, almost everyday, and it's very disappointing. Each student driven out is a failure for us. Some days ago I almost lost my quietness when a fourteen years old kid gave me a finger, he was talking all the time during an evaluation, joking about me, and I had to exclude him. When he did this I wasn't far to hit him, but finally I kept my control.

 

Our big boss went to see us too, the chief of french guiana schools, and after heard us complaining about pedagogical problems with our school library, with photocopies, with furnitures for professionnal students, and so on he said he will give us better salaries. It was a bit surprising, because it's not going to solve one of our problems, but I'm not going to complain to earn more money. I think it's a way for him to buy quietness. In fact some teacher are asking for better living conditions, but I don't agree with them, I think it's better to live in the same conditions than locals if we want to build something with our students. I don't want to live in a kind of ghetto for rich people, like cops and their family are doing here. And I am filling papers for the end of this year period, with some appreciations : "I don't know this student", "She is dynamic, maybe too much", and more classical "Continue to work like that", "He should work if he wants to progress", etc. And finally, I was evaluated by the highschool boss, and he gave me "Very Good" in every category, it's the proof that these evaluations are a big joke.

 

Right now I'm writing from a meeting with parents, but I saw only three parents, and one wasn't speaking french. So I spend time writing here, and some older kids come to talk with me.

Une élève de Troisième a ramené ce mastodonte en classe, j'étais trop fan. Deux jours après j'avais un serpent dans la classe, j'étais un peu moins fan.

Une élève de Troisième a ramené ce mastodonte en classe, j'étais trop fan. Deux jours après j'avais un serpent dans la classe, j'étais un peu moins fan.

Commenter cet article

À propos

Blog d'un végéta*ien gauchiste qui fait du taijiquan d'origine judéo-bretonne entre l'Occitanie, le cercle polaire, et la forêt amazonienne. Au départ un blog de cuisine, au final un peu plus ...